Rendez hommage à votre Loulou

 

RAUL


Un jour tu as croisé mon chemin,
Et ce soir je verse des pleurs,
Tu es parti vers ton destin,
Je sais, c'est là qu'est ton bonheur!
Toi si doux, si tendre et si fier,
J'aurais tant voulu te garder,
Mais près de moi tes frères,
Seront là pour me consoler.
Tu seras mon beau souvenir,
A toi, je voudrais souhaiter,
Le plus beau des avenir
Celui que tu as mérité!

Et bientôt dans le vent d’autan

Au milieu des champs de blé d’or,

Libre, épanoui, content,

Tu courras sur les pas d’Hector.

 Marie

 

                                                   ****************

 

 
Sweet et Michèle le 21 Septembre 2008

 
Pour toi, mon Amour, mon Prince,
Mon beau Sweet, mon Grand;
Il y a déjà deux ans
Que nos chemins se sont croisés,
Que nous nous sommes rencontrés .
J'ai aimé ta robe bringée,
Mais, c'est ton regard triste et doux,
Qui m'a vraiment fait craquer .
Timidement, j'ai demandé,
Si, malgré ma taille et mon âge,
J'avais le droit de t'adopter .
Tu étais fort, jeune et grand;
Et moi, sous le charme simplement !
Jour après jour, sans te brusquer,
J'ai cherché à t'apprivoiser;
Et, quand je te vois aujourd'hui,
Je crois bien que j'ai réussi .
Noble, libre et indépendant;
C'est ainsi que je t'aime, mon Grand !
 
   Michèle
 
**************

 

 FABIOLA

 

En naissant au coeur de l'Espagne, dans cette campagne isolée,
Ton avenir était déjà tracé, tu ne pouvais l'éviter.
Tu étais née Galga pour souffrir, ainsi en avait-il été décidé, Tu devais obéir sans gémir et, tout accepter.
Mais ton chemin croisa celui de SASKIA, votre bonne fée, Qui te promettait des jours meilleurs, elle te l'avait juré. NADINE et MARIE, sur toi se sont penchées,
Pour t'offrir celle liberté dont tu avais tant rêvé.
Mais ce bonheur que tu convoitais, fut de courte durée, Puisque même en France, de toi on s'est joué.
 Les bras de NATHALIE t'ont appris à aimer,
Avoir confiance en l'humain que, tant tu redoutais. CATHERINE et JEAN-CLAUDE, de leur lointain Gers, sont venus te chercher,
Devant ton désarroi et tes peurs, ils n'ont jamais capitulé. C'est auprès d'eux que tu es née,
Douce Galga FABIOLA, pour être aimée.
 Les enfants sur toi se sont vite penchés,
 MISSAN et INES t'ont de suite acceptée.
Auprès d'eux, tes peurs et tes craintes se sont vite dissipées,
Tant d'amour ne pouvait que te rassurer.
Chacun de tes progrès les ravissait,
 Il savait que ton combat était alors gagné. T
u es devenue si belle, si joueuse, si assurée,
ll fallait désormais te trouver un fiancé.
Petite Galga volontaire, tu as su t'imposer,
C'est DUERO que tu avais choisi et, ne voulait rien lâcher. Tu l'as pris sous ton aile, pour mieux le guider,
Comme tu as su le faire pour BUDI, le dernier arrivé.
 Vive, intrépide, tu as su leur montrer,
Comment oublier un lourd passé et, vivre à tout jamais.
A tes côtés, le vieux MISSAN avait retrouvé,
Une vitalité qui, depuis peu, semblait l'avoir quitté.
Tu étais leur guide, dans chaque petit recoin tu les entraînais,
 La première adoptée, tu as sur faire connaître et aimer,
A ta famille, la race des Galgos qu'il fallait sauver.
 Ton caractère exceptionnel et, ta gentillesse incarnée,
 Leur a transmis cette passion pour tes frères Lévriers. Comme si tu avais estimé que ta mission s'était achevée, Près de toi, ce soir, ils se sont tous allongés.
 Ils t'ont veillée, dans une grande sérénité,
Sans jamais t'abandonner, leur façon à eux de te remercier. Leur petite Etoile, s'en est allée,
Leur coeur est vide à jamais.
Mais je sais que de là-haut, tu continueras de les guider,
Ils n'oublieront jamais, tout ce que tu leur a enseigné.
Petite Etoile, repose en paix, auprès de MISSAN, qui t'attendait,
Ne soyez pas trop pressés, laissez encore, tout en bas, les autres en profiter.
 Votre belle famille, tant attristée, doit prendre le temps pour se consoler,
Ne leur enlevez pas tout de suite, vos frères adorés. I
ls vous retrouveront en rêve, lorsque tu auras décidé,
 De revenir fouler, à grandes enjambées, ton domaine tant aimé.
Mais ton départ, si brutal, nous a tous attristés,
Ô combien tu vas leur manquer,
 ô combien, tu vas nous manquer.
Tant de complicité, de bonheurs partagés,
je ne peux tout citer : Les parties de football, avec THOMAS, partagées,
Les caresses d'EDNA, tout contre toi lovée,
Les bons soins de MARION, toujours attentionnée,
Les promenades avec JEAN-CLAUDE, toujours prête à chasser,
 Les visites aux boxes avec CATHERINE, pour assurer aux chevaux leur manger,
 Le chat, les lapins, les poules, les oiseaux, que tu avais apprivoisés,
Les câlins avec DUERO, avec BUDI, les courses effrénées, Les parties de cache-cache avec CORA, ta cousinepréférée, Et même ma VIZARA, que tu avais sollicitée,
Pour dans la mare, aller se plonger.
 Mais ce paradis gersois, tu n'as pu le quitter,
C'est en ton lieu préféré, que tu reposes, en paix, à jamais. Désormais, tu règnes à l'entrée de ton domaine tant aimé, Pour mieux le défendre et, tous les protéger.
 Ton souvenir restera à jamais gravé,
 Dans nos coeurs, qui ne pourront se consoler.
Et, dans ce paradis de verdure tant apprécié,
Où, tous tes frères de misère, rêveraient d'habiter,
 Je sais que de là-haut, tu ne cesseras de veiller,
Sur tous ceux que tu as tant aimés.
Et, bien souvent, tu ne pourras t'empêcher,
De continuer à fouler, ton beau domaine, à grandes enjambées.
Aujourd'hui, tout est calme, "l'ouragan" est passé,
Chacun garde sa place, les peluches ne sont plus lancées. Mais cette sérénité, ne va t'elle pas trop leur peser ?
Ta merveilleuse famille, préférait quand tu la dissipait.
Cette cruelle injustice va les priver, à jamais,
De la joie de vivre de leur petite Etoile adorée.
 Sur cette photo, je ne vois qu'une beauté,
Les yeux levés vers le ciel, le Paradis Blanc déjà t'attendait. NATACHA à CATHERINE, JEAN-CLAUDE, EDNA, THOMAS, MARION, INES, DUERO, BUDI et tous les autres."
       NATACHA
  

 

******************

 

Adieu Fabio !


Tu nous a quitté douce Princesse,
Laissant Catherine avec sa détresse.
Ta Famille est au désespoir,
De ne plus jamais te revoir!
Tu as quitté ton Paradis blanc,
Pour le Paradis des galgos.
Tu ne souffres plus maintenant,
Mais tu es partie bien trop tôt!
Après ton martyr, ta souffrance,
Tu es arrivée en France.
Catherine t'avait ouvert son coeur,
Depuis deux ans c'était le bonheur,
La joie de vivre, la liberté,
Tu pouvais courir, t'éclater,
Avec tes frères gambader,
Avec les enfants t'amuser.
Combien était belle la vie!
Pour tes frères, Duero, Budi,
Quel grand vide tu as laissé,
Mais nous ne t'oublierons jamais!
Adieu jolie Fabiola ,
Notre tendre et douce Galga!
   MARIE

 

****************

 


Réagir


CAPTCHA